Un enseignement de qualité accessible au plus grand nombre, une francophonie ambitieuse

Trop souvent, les familles françaises expatriées, en Espagne et au Portugal, ne sont pas en mesure de scolariser leurs enfants à l’école française, faute de moyens, ou parce que l’école est trop éloignée de leur foyer. Trop souvent également, il est difficile pour les familles de réintégrer le système scolaire de retour en France. Forte de ce constat, je souhaite garantir :

 

  • Un accès démocratique aux établissements Français à l’étranger pour lequel je me battrai avec mes collègues députés des Français de l’étranger

 

Maîtriser les frais de scolarité : pour les établissements conventionnés, je proposerai que la maîtrise des frais de scolarité soit un des critères du conventionnement.

Bourses scolaires : Je travaillerai à garantir que l’enveloppe des bourses scolaires soit suffisante pour satisfaire l’ensemble des besoins des familles. A cette fin, je proposerai une réforme du calcul de l’accès et du montant des bourses scolaires, pour mieux prendre en compte la situation financière réelle des familles (prise en compte du patrimoine net et non brut : si un emprunt immobilier a été contracté par exemple, son montant sera déduit du montant du patrimoine pris en compte ; détermination d’un plafond financier global pour que les familles ayant hérité d’un bien immobilier (difficilement cessible en Espagne et en perte de valeur) mais bénéficiant de revenus courant faibles puissent avoir accès aux bourses.

Je plaiderai pour le développement de l’enseignement Français à l’étranger au-delà des seuls lycées Français ; en popularisant et développant les sections menant au baccalauréat bilingue (bachibac), notamment au Portugal où elles n’existent pas encore ; en soutenant les écoles FLAM (Français langue maternelle), notamment pour proposer des solutions d’accueil périscolaire là où des besoins existent qui permet à une association de recevoir des fonds de l’AEFE pour la mise en place d’activité extra-scolaires en Français et le label FrancEducation.

 

  • Un meilleur accompagnement des élèves, parents et professeurs

 

Œuvrer pour l’amélioration des conditions de travail des enseignants, gage de l’amélioration de la qualité du recrutement et de l’enseignement. A cet égard, je me battrai pour les renouvellements des détachements de professeurs et défendrai un statut du résident, pour mettre fin à cette épée de Damoclès du retour de détachement déstabilisante pour les enseignants. Je défendrai la titularisation des agents en contrat local en proposant que la formation soit effectuée dans le pays de résidence en s’appuyant sur les responsables de zone. ; encourager la titularisation des professeurs

Création d’un référent « droits des agents en contrat local », en lien direct avec l’Ambassade, qui pourrait alerter sur les difficultés d’exercice des droits, syndicaux notamment, des agents en contrat local dans les établissements Français à l’étranger.

Assurer que le décret mettant en place un corps de psychologues de l’éducation nationale soit bien effectif à l’étranger (au service des élèves mais aussi des parents et professeurs), où les élèves en situation de handicap ou nécessitant un apprentissage adapté de difficulté d’apprentissage sont peu accompagnés.

Faciliter la réintégration dans le système d’éducation en France, notamment dans le supérieur, en fournissant à chaque élève un numéro d’identification étudiant (INE), et ce dès leur entrée dans le système scolaire français à l’étranger.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *